SPOLIUM 3
  • SPOLIUM 3

    sculpture acier soudé texturé - 2018 - 45 x 75 x H 45 cm

     

    PIECE UNIQUE

     

     

    Dans ma thématique EXPLOITATION

     

    Exploiter c’est mettre en valeur en vue d’en tirer profit.

    Si la société contemporaine prétend aspirer à vivre en harmonie avec la nature, cette relation semble fondée sur des rapports ambigus.  Nous refusons à la nature son droit d’exister pour elle-même, nous la soumettons à des intéressements humains de toutes sortes.

     

    La pelure, dans sa forme d’enveloppe vidée de son essence, c’est l’allégorie que j’ai choisie pour me faire témoin de la véritable crise humaniste qui secoue nos sociétés contemporaines.

     

    Cette crise, nous la devons à notre capacité à exploiter sans retenue, sans morale, sans conscience et aux seules fins de pouvoir et de mercantilisme, tout ce que la planète offre de générosité, de prodigalité, de beauté. Nous transformons cette offrande en gisements, en ressources, en moyens de manifester notre "puissance" et de "produire". De produire toujours plus. Cette crise de "vision" résulte d'une déconnexion totale d'avec les lois éternelles de la pérennité de la vie.

    Pierre Rabhi

    Le sens que je donne à la pelure détermine sa forme.

    Quand je la modèle en une forme déterminée, comme si il s’agissait d’une pelure d’orange complète qu’on aurait replacée dans sa forme initiale, elle évoque tous ces objets de consommation, produits en abondance et sans cesse renouvelés,  qui sont désincarnés, déconnectés du vivant. Sous une forme étalée, béante et avachie, elle évoque le déchet, ce qui reste après l’exploitation d’une ressource.

    Parce qu’elle est immédiatement reconnue comme une dépouille, la  pelure me permet de recréer un lien sensible, de susciter un sentiment de résonnance avec la vie, d’aller au-delà d’une froide distance devant une matière vidée de son essence.

    Mes pelures représentent les frontières à notre sensibilité.

      2 500,00 €Prix