INSTAGRAM @yzoartiste
  • Blanc Icône Instagram

2018/2019 by Isabelle Grasset

" L a  F i a n c é e "

sculpture d'extérieur 190x210cm - 2017

pour le Domaine Les Ranchisses à Chassiers (07)

Cette sculpture raconte le lien :

  • le lien entre l’être humain et la nature : cette femme est-elle prisonnière des branches ? au contraire le végétal est-il là pour la porter, l’embellir ? quel sentiment, quelle émotion peut-on lire dans son attitude ? a-t-elle peur et cherche-t-elle à fuir, ou bien s’ouvre-t-elle avec bonheur à la vie ?

  • celui entre les propriétaires et leur terre, et, plus intime et personnel, le lien rompu entre Véronique et le marronnier disparu à l’emplacement duquel la sculpture est justement posée,

  • mon propre attachement à la nature, et notamment le lien plus étroit encore que j’ai avec elle depuis la maladie ; en craignant la mort, je me suis interrogée sur la vie et, à ce moment-là, j’ai vu en la nature l’incarnation de ma conscience aiguisée de l’essentiel,

  • le rapport au site : un lieu d’accueil, où l’on aime se promener près de la rivière, et où, souvent, de jeunes mariés se font photographier. Alors cette femme à la robe végétale, aurait-elle quelque chose à voir avec la jeune mariée ouvrant ses bras à l’être aimé ?

« La fiancée » évoque l’entre-deux, cette période entre l’avant et l’après, cet espace entre l’ici et l’ailleurs.  C’est l’état intermédiaire entre ce qu’on ne sera plus et ce que l’on n’est pas encore.

« La fiancée » n’est plus tout à fait libre et pas prisonnière non plus. Peut-être a-t-elle encore le choix, ou peut-être ne bénéficie-t-elle que d’un délai avant l’inévitable issue.  

Qui est-elle ?

Une Daphné(*) qui, cherchant à échapper à Apollon, implore d’être métamorphosée en arbre ?

L’image d’une « mère nature », symbolisant autant la fragilité du vivant que la puissance des éléments naturels ?

Ou bien simplement l’incarnation d’une possible et souhaitable coexistence de l’humain avec la nature ?

​(*) dans Les Métamorphoses d’Ovide